Un mois sans téléphone : mon bilan

Le 30 mars, j’ai cassé mon téléphone à un moment où nous étions confinés depuis quinze jours, où le moral était un peu fluctuant (comme pour tout le monde) et surtout, où je me disais que je commençais à en avoir marre de mon téléphone, tout du moins, de le consulter trop régulièrement (je déteste avoir des notifications en attente, même pour un simple sms). Avec le confinement, le téléphone était devenu quelque peu oppressant : entre les appels, nombreux sms, mails, whatsapp, appels vidéo, lives sur instagram, photos, idées à faire avec un enfant, recettes de pain, levain, crêpes et mille autres choses… je me suis retrouvée le cerveau complètement embrumé par toutes ces informations que je n’arrivais même plus à éviter… J’ai fini, certains jours, par poser mon téléphone dans une pièce et ne plus y toucher… Jusqu’au jour où je l’ai cassé en le faisant tomber sur le carrelage et son sort était réglé… Pour être tout à fait honnête, j’ai un peu flippé (confinement sans téléphone, ça me semblait impossible!), j’étais dégoûtée (de casser un objet cher surtout) et ne même temps, une partie de moi se disait qu’après tout, c’était tant mieux, au moins cela me permettrait pendant un temps de réapprendre à mieux utiliser un téléphone!

Semaine par semaine, j’ai noté mes pensées, réflexions, difficultés, que je relis en riant maintenant… Qu’on est risibles oui, en 2020, à chouiner parce qu’on n’a plus de téléphone… Au final, pendant ces quelques semaines sans, certes il y a eu certaines difficultés, mais il y a aussi eu pas mal de moments complètement déconnectés savourés comme il se doit. Confinement oblige, il y a eu pas mal de cuisine (moi qui cuisine au pif, sans accès à des recettes, c’était encore plus le cas!), de repas en famille, de films sans se déconcentrer, de moments à ne rien faire ou au contraire, de moments à s’activer (qui a vidé sa cave qui attendait depuis deux ans?). Et puis, il a fallu réapprendre à attendre. Attendre les réponses aux emails envoyés, apprendre à ne plus avoir les contacts de tout le monde, attendre pour avoir des nouvelles… Et surtout, j’ai pris l’habitude. J’ai reçu un téléphone neuf ce matin, je l’ai mis en route. Et c’est tout. Pas de scroll sur instagram (ce qui, un lundi à midi, aurait paru étonnant à mon moi d’il y a juste deux mois!), pas de lecture d’info, pas de dizaines de messages envoyés…

Au final, même si je compte bien réutiliser un peu ce téléphone, j’espère surtout lui laisser sa place de téléphone. Un objet, qui à la maison, n’a pas besoin d’être toujours sur moi. Un objet pour garder le contact. Faire des photos. Enregistrer des souvenirs. Et puis c’est tout. Fini le smartphone greffé sur l’oreille (ce qui m’arrivait assez peu comme je déteste téléphoner. Mais justement, en un mois, j’ai découvert que je n’étais pas obligée de répondre au téléphone!) ou les tendinites aux pouces.

Déconnexion? J’aurais plutôt dit que ce mois et quelque était une belle reconnexion. Aux choses importantes de la vie. Et pour ça, le combo confinement et absence de téléphone tombait bien, vraiment bien… Allez, c’est parti pour de nouvelles aventures… Et une connexion très très light!

Et vous, un mois sans téléphone, vous pourriez?

D’autres articles ici où je parle de cette absence de téléphone : le jour 1 / semaine 1 / semaine 2 et 3 / semaine 4

4 commentaires

  1. Ben dis donc, je dis chapeau ! 1 mois c’est quand même très long ! Je ne me considère pas comme une accro au téléphone, au contraire je suis plutôt du genre injoignable ! 😉 Mais j’avoue que j’aime pouvoir regarder mes mails facilement, envoyer un petit message dès qu’une idée me passe par la tête, savoir quel genre de météo m’attend pour le lendemain, et regarder ce qui se passe dans la sphère instagram… Bref, c’est clairement un objet CONFORT à mes yeux. Alors un ou deux jour de digital détox, oui mais pas le mois… Façon je ne pourrais pas, c’est clairement indispensable pour le boulot et gérer mes RDV quotidiens. Mais c’est beau de voir toutes tes réflexions, surtout le « ne pas se laisser déconcentrer pendant un film » là j’avoue c’est un problème ! Il faudrait vraiment que j’apprenne à faire une chose à la fois, pour vraiment la savourer… Merci pour ton partage !

    J'aime

    1. Oh oui, un mois comme ça, c’est long! Et en même temps, c’est bizarrement passé assez vite! J’en garde beaucoup de bonnes habitudes mais comme tu le dis, au quotidien ça reste compliqué, notamment pour le boulot. J’ai raté des missions à cause de ça et ça me reste en travers de la gorge!
      Merci à toi pour tes réflexions 🙂

      J'aime

  2. Sans téléphone je ne crois pas. Même si je ne l’ai pas toujours à côté de moi, qu’il est éteint de 21h à 8h tous les jours, le fait de ne pas être joignable ou de ne pas pouvoir joindre en cas de pb me stresserait je crois. Prendre des photos me manquerait aussi même si au final je les prends plus souvent avec l’appareil photo que le téléphone. Disons que si je suis chez moi je peux me passer de téléphone sans soucis, si je suis à l’extérieur un peu moins. C’est chouette d’interroger ses pratiques même si au départ ce n’était pas vraiment voulu pour toi lol

    J'aime

    1. Oui, c’est génial pour se remettre en question et revoir sa façon de faire! Sans téléphone, on est d’accord, c’est quasiment impossible, encore plus en ce moment où tout se fait par téléphone ou internet. Je stressais beaucoup en sortant aussi, surtout quand j’allais passer des examens!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.